APERDYNE LE FILM - SAISON 1

LE COMPLEXE DE L'ORACLE

Épisode 51 : Revenir d’entre les morts n’est pas une guérison

REVENIR D'ENTRE LES MORTS N'EST PAS UNE GUÉRISON

Si Dieu a tout créé, ainsi que le destin des Hommes, cela rendrait l’intervention divine impossible, les choses étant établies une fois pour toutes. Sauf si l’on considère que Dieu puisse changer d’avis. Dans ce cas, Dieu serait alors à la manœuvre sans cesse, afin de diriger nos vies humaines, parce que le changement des uns oblige celui des autres. Mais cela créerait un monde totalement irrationnel. Et même si l’on se dit que Dieu peut tout, comme agir sur le destin des uns sans impacter celui des autres, de la même façon l’irrationnel prendrait des proportions incompréhensibles et parfaitement visibles. Comme dans le cas d’une résurrection par exemple. 


Dieu ne décide donc pas de la vie des gens, mais il peut intervenir de manière providentielle, si on le lui demande. Cependant, il faut être vivant pour ça. Ce qui n’est pas le cas d’un mort qui souhaiterait ne plus l’être, parce que l’au-delà ne lui conviendrait pas ; ou bien parce qu’il ne souhaiterait pas perdre ce qu’il a dans le monde des vivants, comme une femme ou des enfants. Alors comme on peut le constater, aucun mort ne revient à la vie. Ce qui laisse supposer que l’au-delà constitue un retour impossible, ou bien sa réalité est telle, que la vie sur terre doit sembler bien insipide.


Quant à la possibilité qu’aurait un être humain de ressusciter les morts, c’est d’abord décider à la place du mort, ce qui est le mieux pour lui, et autant de fois qu’on le souhaite. C’est supposer que le mort ne peut plus rien décider après le trépas, puisqu’on le force à revenir. On le sauve d’une horrible suite en quelque sorte. En fait, on pourrait maintenir un Homme en vie indéfiniment, de cette manière. Et l’on peut se demander s’il y a des conditions requises pour la résurrection. Est-ce Dieu qui décide de ce qui accède à l’au-delà ou est-ce le vivant ? Il faut savoir ! Car c’est comme si le mort n’avait pas son mot à dire, ou bien que l’on considère, que la vie sur terre vaut bien celle de l’au-delà, ne serait-ce que pour un moment encore. Et ça défie le sens, parce que si Dieu a tout créé, le choix de la vie après la mort ne peut appartenir à un homme, en aucune circonstance. Un homme ne peut donc faire ce genre de chose, sauf si le mort ne l’est pas vraiment. Et là, ce n’est pas une résurrection dont il s’agit, mais d’une réanimation. 


Non, une fois que l’âme s’est détachée du corps, le retour est impossible. Il faut la naissance d’une vie et son processus biologique, pour qu’une âme existe dans notre monde. Et cela se fait, par extension, dans l’espace et dans le temps. Puis comme rien ne remonte le cours du temps, rien, y compris l’âme, ne raccroche au corps perdu. Mais en imaginant que cela puisse être le cas tout de même, là, il s’agirait alors d’une réincarnation, une nouvelle âme dans le corps d’un défunt, et non une résurrection, une âme telle qu’elle était au moment de la mort. Une réincarnation serait donc une chose inutile pour Dieu, puisque s’entretenant d’elle-même indéfiniment en intégrant de nouveaux corps. Ne conservant pas ce qu’elles ont étés en première instance, comme si cela ne valait rien et qu’une évolution était nécessaire. Justifiant ainsi l’inexistence de l’au-delà, mais qui peine tout de même à dire d’où viennent les âmes de premières instances, celles censées donner une bonne raison à l’émergence du vivant. Ressusciter les morts est donc un fantasme de l’oracle, qui s’interroge sur les mystères de la vie et qui constate qu’il est possible, dans certaines circonstances, de redonner conscience à un corps inerte.


Une résurrection est alors impossible pour un être vivant, car c’est Dieu qui a conçu les choses ainsi et pour de bonnes raisons, qui ne sont pas seulement celles de créer la vie. Et si Dieu le fils a ressuscité des morts, c’est ainsi bien la présence de Dieu qui s’exprime, à la réanimation de celui qui est inconscient, ce qui est très différent. La mort, elle, est inéluctable et la résurrection de Lazare par Jésus n’a de ce fait pas empêché la mort de Lazare, et ce même si Jésus avait procédé à maintes reprises. Parce que, quelle est la part de Dieu, quand il s’agit d’un individu gravement blessé, peut-il revivre ou le corps doit être en parfait état pour ressusciter ? En tout cas, Jésus ne donne aucun prérequis, quand il envoie ses disciples pour procéder de cela.


Alors en ce qui concerne votre santé, le mieux est de demander à Dieu au quotidien, l’aide qu’il vous faut. Puis de conseiller à ceux que vous aimez d’en faire autant. Parce que Dieu est une aide individuelle, qui n’agit que par notre âme et que le corps protège le temps d’une vie. Ce protecteur de votre âme est alors un bien précieux, qui donne la conscience de ce que vous êtes au bénéfice de Dieu.

LE COMPLEXE DE L'ORACLE

Acheter le livre sur CoolLibri.fr

Télécharger Gratuitement